Dressing etc la suite : se faire sa garde-robe

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Pin It Share 0 Email -- Filament.io 0 Flares ×

On parle à nouveau de dressing !! Et cette fois-ci de dressing-couture 😉 Bon il ne s’agit pas de la haute mais de la petite couture que je crée de mes mains. Déjà que dans ma famille on m’appelait « doigts de fée » car je ne faisais jamais aucune fausse donne au tarot (petite fierté) maintenant au boulot j’ai hérité des « mains d’or ».

Pendant longtemps j’avais rêvé avoir les compétences nécessaires pour faire de la couture, pensant que c’était inaccessible, je n’avais pas cherché plus loin mais je trouvais ça tellement cool. Et puis quand c’est finalement devenu un vrai loisir concret, je me suis prise à imaginer me faire une collection capsule de folie. Bon j’avais l’appréhension de ne pas être très douée, de devoir surmonter des montagnes de fil et il se révèle qu’il me faudrait simplement prendre le temps de prendre des cours de perfectionnement pour les points vraiment techniques. Pour ce qui est de la vision « stylisme » et du mix & match des matières/couleurs/motifs je crois que ça se travaille doucement à son rythme.

 

dressing-suite-1

 

En revanche, je suis loin d’être modéliste alors je compose. Qu’on se comprenne bien, les étapes sont les suivantes : on imagine un vêtement, on en fait un patron et puis on le coud. La 2ème étape est pour moi la plus technique car il faut passer de « je veux que le tissu fasse ça » à l’effet voulu. Heureusement pour moi, on ne m’en demande pas tant pour le moment (je suis vraiment sympa avec moi-même) et je peux trouver des chouettes patrons dans le commerce 🙂

Pourtant, j’ai parfois du mal à me faire ma garde-robe « capsule » car on retrouve le jeu des tendances dans la vague des nouvelles marques de patrons. Il y a les projets qui ont l’air bien cool mais qui morphologiquement ne m’iront pas du tout. J’essaye de fuir les manteaux over-size, ils me font de l’oeil mais j’ai besoin de structure et surtout de marquer mes épaules alors malheureusement ce n’est pas pour moi. Il y aussi des formes que toutes les filles plébiscitent et qui me font me sentir encore en marge, les froufrous fleurissent sur les top alors que ce n’est pas ma cam’ et même si je les vois défiler sur Instagram je sais pertinemment que si je m’en fais ne serait-ce qu’un je ne le porterai jamais et ce serait dommage.

 

dressing-4

 

Il ne faut pas pour autant désespérer et se concentrer sur ceci : apprendre à se connaître, faire du tri dans les patrons et s’inspirer.

On commence avec sa morphologie, ce n’est pas évident mais il a bien dans son placard des fringues qui nous vont à fond et d’autres beaucoup moins. On ne regarde pas si on aime ou pas, on s’en fout pour le moment, ce qui compte c’est le tombé. On peut s’aider des nombreux billets de blogs et autres vidéos youtube qui explique les différentes morphologies et ce qu’il faut privilégier ou éviter pour se mettre en valeur. Après oui on fait bien ce qu’on veut 😉

Ma morpho à moi c’est le « A », 36 en haut, 38-40 en bas. J’ai les épaules plus étroites que les hanches, c’est pas ouf génial notamment quand je cherche des robes en prêt-à-porter car soit je flotte en haut, soit je suis coincée en bas. Je dois constamment penser à rééquilibrer ma silhouette et donc donner l’illusion que mes épaules sont plus larges mais faut pas non plus que j’exagère :p

Les quelques trucs que j’ai appris : éviter les épaules tombantes ou non marquées, les pantalons carottes (gros cul assuré), les tailles non marquées…

 

 

Du coup c’est bien fun de pouvoir faire mes propres fringues. Je peux revoir les patrons pour les adapter à mes mensurations. Et puis mine de rien il y a le choix niveau patron de couture.

Pour le moment je suis focus sur les robes, les jupes et les vestes, car c’est là où ça pêche pour moi dans le commerce. Mais attention à faire le tri malgré tout, il y a des patrons canons qui ne vont pas forcément nous aller malgré un réajustage. Donc toujours garder un oeil morpho.
Pour ma part je privilégie les tailles hautes, je pense par exemple à la Chic is magic de Kit by Klo ou encore à Roméo de I Am Patterns. Je pense à mes épaules avec des tops comme Koko de Named ou des robes comme Chiara de Wear Lemonade.

Bon et je n’oublie pas de me faire plaisir, on a le droit au entorse, ce n’est pas le bagne non plus ! Quand on flashe sur un modèle on va pas se briser le coeur à se le refuser. Et puis il y a aussi les bonnes surprises, j’avais vraiment craqué sur Michelle de République du Chiffon et Vénus de I Am Patterns, je m’étais dit tant pis pour le coté morpho et finalement ce sont devenus des essentiels de ma garde-robe !

 

Dernier point à aborder aujourd’hui : s’inspirer ! Je trouve très important d’aller regarder les cousettes des autres, pour se donner des idées d’association de tissus, pour les astuces, pour redécouvrir des modèles. Dernier exemple en date, la copiance de ma Vénus #2. Bien sur, ça donne encore plus de tentation de découvrir un patron sous un nouvel angle mais je trouve ça enrichissant. Ca permet d’aller plus loin, d’ajuster son style et de se lancer des challenges techniques. Ca a été le cas pour « La tenue du roi« , j’avais repéré un col Balenciaga fabuleux sur Pinterest et il fallait absolument que je le refasse 🙂

Un super projet, c’est celui de Louis Antoinette « Hack la mode ». Il s’agit d’un concours où un patron est proposé en téléchargement gratuit pour se voir confectionné, personnalisé et réapproprié ! L’équipe et le jury attendent des associations de tissus, des détournements, des mises en scène des réalisations, tout ce qui salue la créativité 🙂 Allez hop hop hop, à sa machine à coudre !!

Donc tout le monde a bien compris, on garde l’œil vif et on se challenge tout en se faisant plaisir.
Vive la mode, vive la couture 😉